Circuits courts, émotions… A quoi ressemble la cuisine du futur ?

Réponses de grands Chefs au festival Entremets à Chartres

Une centaine de chefs étaient réunis du 27 au 30 octobre 2018 pour débattre de l’avenir de la cuisine lors du nouveau festival « Entremets » à Chartres.

Cet automne, la ville de Chartres a accueillie Entremets, un nouveau festival de cuisine imaginé par Laurent Séminel, co-fondateur d’Omnivore et Gastronomie Magazine.

Le festival se présente comme une approche culturelle de la gastronomie : « Dans le service à la française, l’entremets est un plat, salé ou sucré, proposé entre les grosses pièces de viande ou de poisson. C’est une invitation à s’immiscer, avec des mots, dans ce qui se passe entre les mets »

Entre débats, découvertes et, bien sûr, cuisine de grands banquets, le festival Entremets, accessible sur réservation, a aussi été l’occasion de réfléchir à la cuisine de demain.

Une cuisine locale et respectueuse de l’environnement

A côté de la version grand public, le festival Entremets a aussi proposé lundi 29 et mardi 30 octobre 2018 « La Symposie » (dans l’antiquité, un banquet de philosophes) ; une série de rencontres professionnelles, qui auront réuni quelques 250 personnalités universitaires, historiens, chefs, journalistes, philosophes, artisans, producteurs et industriels.

Le thème de la cuisine de demain était récurrent lors des différents débats, stand-up et tables-rondes.

Si la vision de la cuisine diffère d’un chef à l’autre, reste un consensus : demain, la cuisine sera locale ou ne sera pas.

C’est notamment le point de vue défendu par Alain Ducasse, pour qui la cuisine doit être « nécessairement respectueuse de la planète »

Se focaliser sur le local et les produits de saison, baisser la consommation de protéines animales, choisir avec soin les producteurs et établir une réelle relation durable avec eux, redécouvrir les goûts d’antan pour éviter l’uniformisation des goûts, le bio… Voici les réponses des grands chefs sur les choix qui s’imposeront demain.

Invité spécial du festival, le grand chef japonais Tokuyama-san, appuie lui aussi sur l’importance du local. Présent pour mettre en avant le funasushi (ancêtre du sushi), il s’inscrit lui aussi dans une démarche de remise au goût du jour de recettes anciennes, adaptés aux papilles et habitudes du XXIeme siècle.

Jean Da Luz

Jean Da Luz

Directeur de la rédaction

Fondateur et Directeur des Rédactions de TourMaG.com et de businesstrips.fr, portail et réseau social destiné au businesstravel et au MICE, je suis passionné de nouvelles technologies et de journalisme multimédia.

LES DERNIERS ARTICLES

Répondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *